samedi 9 avril 2011

Une petite claque à la règle des trois clics

Les cahiers des charges de sites Internet contiennent assez invariablement des injonctions comme "la Règle des trois clics doit être respectée" ou bien "chaque information doit être accessible en moins de trois clics".

Pourquoi pas ! Mais cela pose assez vite d'autres questions :

Pourquoi ? les études sont sur ce sujet contradictoires, et arrivent à des conclusions parfois opposées. Par exemple Joshua Porter ne voit aucun lien entre satisfaction des utilisateurs et nombre de clics, alors que Mtei et Zaphiri y trouvent une relation directe.
L'argument de bon sens ("bah oui ! c'est mieux si l'information est disponible rapidement") est donc discutable d'un point de vue ergonomique.

Clarté ou concision ? le point le plus discutable de cette règle est évidemment son apparente contradiction avec l'injonction qui suit rapidement dans les mêmes cahiers des charges "le site doit être clair et concis". Voilà donc qu'il faudrait diminuer la profondeur de navigation d'un site Internet pour répondre à la règle des trois clics, et diminuer dans le même temps la densité des pages pour convenir à celle de la concision.

Pour aller où ? Bon, on peut se débrouiller avec cette contradiction, et admettre que toutes les informations ne sont pas d'importances égales, que certaines doivent être mises en avant, et que les informations les plus pertinentes doivent être accessibles avec le moins de clics possibles. Certes, mais il n'y a pas vraiment de lien entre information importante et nombre de clics. A titre d'exemple, les 10 premiers sites retournés par Google pour la requête Tourisme permettent d'accéder aux informations légales en... un seul clic, et c'est bien comme ça !

A partir d' où ? Même si ce n'est pas explicite, on comprend généralement que la règle des trois clics doit s'appliquer à partir de la page d'accueil. Cependant, optimiser son référencement naturel demande que l'on spécialise des pages par mot-clef, et le référencement payant implique une spécialisation des pages par annonce. Ainsi, sur un échantillon d'une dizaine de sites Internet, le pourcentage d'internautes arrivant sur le site Internet par la page d'accueil varie de 71% à ...8%.

Pour quoi faire ? C'est évidemment le point important, qui doit être pris en compte dans la réflexion amenant à l'élaboration du cahier des charges, et qui doit se traduire dans sa rédaction.
On pourra lire quelques éléments à ce sujet dans les conclusions de notre étude sur les sites Internet (Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet).

Cette question se traduit différemment selon la nature du site et le métier du prestataire.

L'ergonome parlera de tâche utilisateur : qu'attend-on de l'utilisateur ? quels résultats doit-il obtenir et dans quel environnement ? C'est très certainement une des causes des différences entre les résultats des études mentionnées plus haut : une tâche et un environnement différents impliquent des résultats différents.

L'agence marketing parlera de conversion et mettra l'accent sur les pages d'achat ou de contact.

Plus globalement, on parle d'Objectifs et l'on utilisera des outils de suivi de trafic et de navigation pour évaluer l'efficacité de la structure de son site.

C'est sur ce dernier point, ce "Pour quoi faire", que le cahier des charges doit être d'une grande clarté, et qui pourra guider le prestataire dans ses propositions, qu'il soit ergonome, agence web, agence marketing, agence SEO, SEM... et qui lui permettra d'apporter les propositions les plus pertinentes, et c'est à lui qu'il incombe d'y apporter des réponses qu'il est souvent inutile, voir contre-productif, d'intégrer dans le cahier des charges.

lundi 4 avril 2011

Festival en Notes

Festival en Othe, le jeu de mots est plaisant !

Il recouvre pratiquement trois festivals :

les jours mabouls, trois jours de concerts et de fête à Aix en Othe, le cabaret itinérant propose tout un parcours de concerts sur deux départements et deux régions, de Barzingault à Villemoiron dans l'Aube aux Soeurs Pelisson à Villeneuve l'Archevêque dans l'Yonne en passant par Pierre Perret à Saint-Florentin ou Vincent Bardin à Bouilly et Migennes. C'est également le Festi'Coccinelle qui, pour reprendre l'expression consacrée, s'adresse au jeune public.

Au carrefour de tout cela, une organisation sans faille menée par l'équipe de permanents, et un site Internet qui doit présenter les spectacles et les artistes, faire voir et entendre, donner le programme, permettre la réservation, porter l'esprit du festival et des festivals...
Bref, un site web festif, informatif et marchand, avec ce qu'il faut de réseaux sociaux, twitter, youtube, myplace et flux rss...

Et parce qu'un tel festival ça change tous les ans, toutes les semaines voire tous les jours, parce que Môssieur Maboul a toujours quelque chose de nouveau à dire, le site doit être simple à mettre jour. Il faut que chacun dans l'équipe du festival, permanent, stagiaire ou bénévole, puisse simplement ajouter un article, modifier une date, ajouter ou enlever une playlist...

Voilà pour l'essentiel l'esprit du cahier des charges du site Internet que nous avons accueilli avec enthousiasme. Nous avons construit, en collaboration avec l'équipe du festival, un site Internet autour d'un système de gestion de contenu, enrichi de différents modules adaptés aux besoins du festival.
Quelques évolutions sont encore prévues, et j'ai cru entendre qu'une cartographie des lieux du festival serait bientôt mise en ligne.